Cuges-II-72dpi

GRÉGORY PUECH/PSICO

NÉ le 15/12/1985 À MONTPELLIER / MAIL : psicograff@hotmail.fr / FACEBOOK : PSICO

« Collection diverse » / Domaine de La Tour – Nébian 2016
« Collection diverse » / Chapelle St Jacques & Mairie – Le Pouget 2015
« Skull » / Skate-shop « Streetmarket » – Sète 2014
« Société de Consummation » / Chapelle des Pénitents – Aniane 2013
« Time Love & Roses » / Restaurant « La Kitchenette » – Montpellier 2012

INTERVENTIONS ARTISTIQUES/ARTISTIC INTERVENTION

Performance Graffiti et habillage du rayon streetart / Magasin Cultura Nîmes – 2018

Performance Graffiti / exposition / Route Paul Ricard – Bol d’Or- Cujes les Pins – 2015
Performance Graffiti / Magasin Cultura St-Aunés et Aubagnes – 2014/2015
Performance graffiti et maquilllage /« Polychromie » Spectacle de danse moderne – Gignac 2015

MARCHÉS D’ART/ART MARKET

« L’étangd’Art » / Etang de Bages – 2015
« Les Puces d’Art 2015 » / Salasc, lac du Salagou – 2015-2016

DIVERS/VARIOUS

Collaboration avec Posca France – Création de 3 visuels pour boîtes de 20 feutres.

Création de marque Streetwear « P&P WEARZ » PANDPWEARZ.SPREADSHIRT.FR
Finaliste concours europeen « Design by Fire » briquets Bic – 2013
Finaliste concours festival street-art « Vibrations Urbaines » – Peissac – 2013

 

atelier-01-web

HE DERRIÈRE PSICO ?

QUELLE EST L’ORIGINE DE TON NOM ?

Ce pseudo est à la base un surnom qu’un de mes meilleurs amis m’a donné au collège. Il vient de « psicoté » soit une variante en version argot de psychopathe … Je n’en suis évidement pas un mais j’avoue avoir un côté un peu dingo, lunatique et impulsif. J’ai depuis ce temps gardé ce blase car il colle bien au personnage, à mes oeuvres et fait un nom de marque sympa et original.

 

PEUX-TU NOUS PARLER DE TON PARCOURS ARTISTIQUE ?

Mon parcours artistique n’est pas extravagant, fils de professeur de piano et petit fils de peintre aquarelliste j’ai toujours été bercé dans une ambiance artistique. J’ai choisi au lycée de me rapprocher de l’art en passant un bac Littéraire option histoire de l’art et musique. Ce qui m’a permis dans un premier temps d’appréhender puis de comprendre l’Art, son origine, son but, ses variantes. Étudier l’architecture organique, la musique de chambre ou encore le mouvement Fauve m’a permis de réaliser que tout était lié, tout se correspond et se complète.

J’ai ensuite fait un séjour en fac de lettre en arts-plastiques mais je me suis vite rendu compte que les cours et la méthode de travail ne me correspondaient pas du tout. Après cette expérience j’ai opté pour un CAP cuisine. Étonnant? Pas tant que ça … Pour moi la cuisine est aussi un art au même titre que la peinture ou encore la sculpture … Choix des matériaux, réflexion, décoration, innovation, bref, création.

J’ai quelques années plus tard, à 24 ans, décidé de passer un BTS en communication visuelle option édition et publicité pour m’ouvrir à l’univers et aux divers outils du graphisme. J’ai ainsi pu étudier les règles de typographie, de mise en page, la façon de faire passer un message par le simple choix d’une couleur ou d’une typo.
Je travaille actuellement en tant que graphiste dans un bureau de création d’étiquettes de vins et liqueurs, le groupe MCC LABEL situé à Béziers et passe le plus clair de mon temps libre un crayon ou une bombe aérosol à la main.

by choosing a color or a typo.
I am currently working as a graphic designer in a wine label design office and liqueurs, LABEL MCC group located in Beziers and spend most of my free time a pencil or spray can in hand.

COMMENT DÉCRIRAIS-TU TON STYLE ?

L’essentiel de mon travail fait écho au graphisme, avec très peu de place pour l’aléatoire. Le fait de travailler dans ce milieu a totalement changé mon coup de crayon, un trait qui s’apparente plus à du vectoriel qu’à du rough (qui se traduit par une ébauche ou une esquisse). Même si je m’amuse à tester du noir et blanc ou le dotwork (l’art du point) il est vrai que la couleur joue un rôle des plus important dans mon travail.

Etant atteint de daltonisme ce n’est pas tant l’utilisation des couleurs elles mêmes qui est primordiale, mais le contraste et les complémentarités entre celles-ci. Ainsi les idées reçues d’associations maladroites se voient balayées par un résultat plutôt sympa et inattendu qui fonctionne. Le fait aussi que je travaille avec le même matériaux depuis des années, les feutres de la marque Posca© (feutres à la peinture à l’eau), me pousse à rester dans ce rendu de saturation, de couleurs vives et fluo.

PEUX-TU NOUS PARLER DE TA DÉMARCHE ARTISTIQUE ?

Je fais avant tout ce que j’ai envie et quand j’en ai envie. Le plus important dans la création, c’est de se faire plaisir, de se lâcher, de tester de nouveaux matériaux, de nouveaux styles. J’aime prendre mon temps et m’acharner sur les petits détails en essayant au maximum de bannir règles, mesures et autres compas afin que mon œil et ma main soient de plus en plus aptes à appréhender les distances, la symétrie et les défauts de proportions.

Je travaille en général en rotation sur 2 ou 3 oeuvres/supports en même temps pour pouvoir alterner, prendre mon temps et du recul, une notion importante car il est difficile d’être objectif et critique lorsque l’on a le tête plongée dans un projet.

 

QUELS ARTISTES ET/OU DISCIPLINES ARTISTIQUES T’INSPIRENT, TE POUSSENT-ILS À ALLER TOUJOURS PLUS LOIN DANS TA CRÉATION/RECHERCHE ARTISTIQUE ?

« Je ne m’inspire de rien en particuliers mais plutôt d’un savant mélange de tout ».
J’ai remarqué que le simple fait d’observer, de déchiffrer une image, une musique, un graff, une photo, permettait d’assimiler inconsciemment de nouvelles données dans le processus de réflexion et de création.
Ne surtout pas avoir de préjugés, être ouvert à tout, c’est l’un des premiers conseils que l’on nous donne en école de graphisme : être curieux et polyvalent.

J’ai quand même été fortement influencé par l’univers du tatouage et sa sémiologie, le style expressionniste allemand très cru et imagé de Max Beckmann, l’art primitif africain et ses masques de divinités ou encore le graffiti contemporain avec des artistes comme Mr. Wany, Monsieur Qui, Gutter … Je suis aussi très intéressé par les croyances, déesses et divinités de toutes origines et époques confondues.

TOILES – GRAFFITIS…
PEUX-TU NOUS PARLER DE CES 2 DIFFÉRENTS TYPES DE CRÉATIONS ?

Mon support de prédilection reste la toile montée sur chassis, avec une petite préférence pour les chassis 3D qui apportent une dimension d’objet à la toile. En effet, très pointilleux, je préfère prendre mon temps et du recul sur un support que j’ai à ma portée.

Le graffiti permet quant à lui de travailler du plus grand format en moins de temps et offre une grande liberté de création que cela soit au niveau du choix des couleurs ou des possibilités de dégradés.

2016-08-03-13-20-19-1